Un robot en EHPAD, pour quoi faire ?

Vincent Dupourqué

 

On parle depuis de nombreuses années de l’aide que pourraient apporter des robots dans les EHPAD.

Pour illustrer ce que fait un robot dans un EHPAD, voici le planning journalier qui va être progressivement mis en place pour le robot KOMPAÏ de la maison de retraite ADARPEA à Arcangues.

 

 

Aucun texte alternatif pour cette image

  • 10 am-12 am : Animation salle d’attente

  • 14 pm-16 pm : Atelier Marche, alterné avec distraction individuelle et /ou collective

  • 16 pm-18 pm : Surveillance de la porte de sortie en l’absence de personnel 

  • 8 pm : Ronde musique apaisante

  • 3 fois dans la nuit : Ronde de surveillance

  • A la demande : télé-consultations

 Sa journée commence à 10 h par une animation de la zone d’attente : plusieurs résidents sont assis dans la salle, et le robot se déplace d’un groupe à l’autre en affichant sur son écran des diaporamas ou des vidéos. Ces contenus peuvent être adaptés au contexte, comme par exemple les chants Basques à Arcangues. Cette animation, destinées à stimuler les résidents, dure environ 1 à 2 heures.

L’atelier marche exploite le système d’assistance à la mobilité breveté du robot Kompaï. Avec l’aide du personnel soignant, des résidents ayant de très grandes difficultés physiques, peuvent ainsi faire quelques pas, à la fois pour se distraire mais aussi pour pratiquer un peu d’exercice physique.

Cet atelier a lieu en alternance avec les distractions de l’après-midi, qui peuvent individuelles ou collectives, c’est-à-dire que le robot est utilisé par une seule personne ou en groupe. De très nombreux jeux sont disponibles.

Toutes les fins d’après-midis, pendant les périodes de rotation du personnel, Kompaï est placé à la porte principale. Grâce à son logiciel de reconnaissance faciale, il scrute les personnes qui sortent et peut ainsi avertir la personne de garde si un résident non autorisé essaie de quitter l’établissement.

Le soir, de nombreux résidents sont angoissés, avant d’aller se coucher, et plus particulièrement dans les sections Alzheimer. KOMPAÏ peut ainsi déambuler dans les couloirs et passant des musiques douces et apaisantes.

Enfin, durant la nuit, Kompaï fait plusieurs tournées dans les parties communes de l’établissement et génère une alarme à la personne de garde en cas de situation anormale s’il est pourvu des capteurs adaptés (chute d’un résident, fuite d’un résident, température d’une pièce trop élevée …) . Grâce à son smartphone ou sa tablette, la personne de garde put faire une levée de doute à distance, et intervenir en cas de besoin.

L’ensemble de ces actions représente de 6 à 8 heure de travail quotidien pour le robot, et ceci 365 jours par an.

Les tâches réalisées par le robot sont essentiellement répétitives et à faible valeur ajoutée. Il permet ainsi de dégager du temps au personnel soignant pour consacrer plus de temps au contact des résidents.

Share This